Liaisonneuve Liaisonneuve est un organisme étudiant de solidarité
internationale au Collège de Maisonneuve.

Historique


1988

l01-012.jpg (thumb - 120 x 80 free)

Bien que la première brigade nommée « Liaisonneuve » ait vu le jour seulement en 1991, on peut retracer à 1988 l’embryon du projet, lorsqu’une brigade d’étudiants en sciences humaines est partie au Nicaragua en compagnie d’Hélène Brassard.

 

1991

l01-004.jpg (image - 400 x 300 free)Septembre 1991. Le Collège de Maisonneuve désire intégrer davantage la population étudiante à ses objectifs de formation en ce qui concerne le développement international.  Un projet est donc déposé pour la création d’un comité étudiant en solidarité internationale.

Dès lors, un premier groupe de 12 étudiant(e)s se forme, avec comme objectif de partager leurs préoccupations et leurs questions en ce qui concerne la solidarité internationale. Il n’était toujours pas question d’un stage à ce moment.
À la fin de la session d’automne 91, un désir d’en faire plus se manifeste. C’est lors d’une fin de semaine en campagne avec le groupe que la décision est prise de tâter le pouls pour voir si les étudiants du cégep seraient intéressés de participer à un stage. Soixantes personnes ont répondu à l’appel, dont Denise Grondin, professeure de psychologie.

À partir de ce souffle initial, les objectifs et le cadre organisationnel de Liaisonneuve se mettent progressivement en place.

Gisèle Bonin, qui était à la tête du service de coopération du collège, travaillait déjà avec SUCO pour d’autres projets.  C’est donc elle qui a approché SUCO pour le nouveau projet Liaisonneuve.  Suzanne Guay de SUCO à Montréal a répondu : « Si vous convainquez les coopérants sur le terrain que c’est une bonne idée, on embarque. »

1992

l01-099.jpg (image - 400 x 300 free)Denise Grondin & Denis Dumais sont donc partis au Nicaragua en mission exploratoire à l’été 92 pour présenter l’idée du stage aux coopérants de SUCO Nicaragua.

Au début, peu de gens croyaient dans le projet, mais Daniel Gagnon, un ingénieur forestier coopérant volontaire basé à Santa Lucia, et sa femme Sonia Bravo, ont adoré et ont pris comme mission personnelle de faire du projet un succès.   Le métier de Daniel Gagnon a grandement influencé les premiers stages, lors desquels les stagiaires travaillaient beaucoup en foresterie et agriculture dans la région de Santa-Lucia.

Le projet Liaisonneuve est accepté fin août 1992, et 32 stagiaires sont recrutés. La levée de fonds a commencé immédiatement, et en décembre 1992, 20 stagiaires sont partis vers le Nicaragua.  La dizaine d’autre restée à Montréal a fait son stage à l’été 93.  (Le groupe avait été divisé en deux à cause d’une contrainte de financement avec l’ACDI.)

1993

l02-108.jpg (image - 400 x 300 free)Suite à la conclusion du projet Liaisonneuve 1, la fièvre de la solidarité internationale est devenue contagieuse, et une nouvelle brigade s’est formée à l’automne 1993. L’organisme a rapidement adopté un mode de fonctionnement sur un an en trois volets : Un volet formation & levée de fonds, un volet de stage de 6 semaines au Nicaragua à l’été, et un volet de retombées au Québec à l’automne.

Depuis ce temps, les brigades de Liaisonneuve se suivent d’années en années et comptent de 20 à 30 stagiaires.

1996-1997

Après quatre brigades l’une après l’autre, le projet a pris une pause d’un an pour se définir plus précisément.  Le projet s’essoufflait pour quelques raisons, dont le fait que les accompagnateurs étaient souvent les mêmes.  C’est cette année que Liaisonneuve a défini plus précisément ses objectifs et les a mis sur papier.

1997-1998

l05-010.jpg (thumb - 120 x 80 free)Liaisonneuve est reparti et la brigade L5 est maintenant envoyée au Nord au lieu d’à Santa-Lucia comme avant.  SUCO avait un projet au Nord relié à la réconciliation entre les Contras et les Révolutionnaires.  C’est la première fois qu’une brigade est envoyée dans cette région.

La tendance se confirme avec L6 l’année suivante.  Après l’ouragan Mitch d’octobre 1998, SUCO a déplacé beaucoup de ses activités au Nord, la région la plus durement touchée.  Les brigades ont donc suivi.

2001-2002

Liaisonneuve 9 devient un stage Québec Sans Frontières.  La durée des stages passe à 8 semaines comme c’était le cas à l’été 93.

2003

10e_liaisonneuve_13.jpg (image - 400 x 300 free)Liaisonneuve célèbre ses 10 ans le 5 avril 2003 au Collège.  Une journée thématique suivie d’une fête est organisée.  Tout au long de la journée, des conférences sont données par divers orateurs tels Jawad Skalli, Amir Khadir, Françoise David ou Dorval Brune. Les thèmes discutés vont de la Zone de libre-échange des Amériques à la disponibilité de l'eau dans le monde, en passant par l'obsession sécuritaire des pays suite au 11 septembre 2001.  Le clou de la journée est le dévoilement d'une murale-souvenir au Collège, témoignant de la présence du groupe dans le CÉGEP.  Un film souvenir est enregistré par une ancienne stagiaire.

2005

Après quelques années en tant que stage QSF, Liaisonneuve redevient un stage interne au collège de Maisonneuve, dû à des changements dans les critères des stages QSF.

2009-2010

l17_groupe1.jpg (thumb - 120 x 80 free)Suite à la crise économique de 2008, la disparition de plusieurs sources de financement, et la difficulté de recruter des accompagnateurs, Liaisonneuve 17 est formé de seulement 14 stagiaires et 2 accompagnateurs. Le stage est également réduit à 5 semaines.

Vu ces difficultés, Liaisonneuve envisage la possibilité de former une cohorte seulement une année sur deux. Heureusement, la formule normale reprend dès l’année suivante.

2014

Liaisonneuve est intégré dans le département de mobilité étudiante du Collège plutôt que de faire partie du Service d'animation.


Ay Nicaragua, Nicaraguita

Situé au centre des Amériques, ce petit pays où l’on communique en espagnol regorge d’histoires et de paysages spectaculaires à découvrir. D’un océan à l’autre, se trouve un peuple pourtant bien différent selon la provenance de ses ancêtres. D’une frontière à l’autre s'étendent des paysages allants du sec montagneux à l’humide et plat.  Bref, au Nicaragua, on ne s’ennuie pas. Voilà pourquoi nous vous proposons de découvrir ce merveilleux pays d’un point de vue géographique et démographique, historique, et enfin, politique et économique.

Consultez nos rubriques sur le Nicaragua

© Liaisonneuve 1991-2017 | Crédits | Propulsé par Tribal CMS
Collège de Maisonneuve