Liaisonneuve Liaisonneuve est un organisme étudiant de solidarité
internationale au Collège de Maisonneuve.


Les ficelles de l'Oncle Sam


Germain, Liaisonneuve 2 (1993-1994)

Le Nicaragua, à cause de l'embargo économique imposé par les États-Unis dans les années quatre-vingts, a longtemps été épargné, contrairement à d'autre pays du sud, de l'influence de la culture américaine. Cependant, depuis 1990, la situation a changé : la levée de l'embargo et la politique de la présidente Violeta Chamorro de favoriser et de financer les importations font que, maintenant, le Nicaragua se retrouve noyé dans la culture américaine.

Les panneaux publicitaires à caractères éducatifs que Managua, la capitale, affichait au temps des Sandinistes se sont éclipsés pour faire place aux immenses annonces de bières, de cigarettes et de baseball. Bon nombre de personnes portent des chandails aux couleurs américaines, les pizzerias et autres fast-food poussent pratiquement comme des champignons; bref, une quantité impressionnantes d'hommes et de femmes semblent avoir oublié la mauvaise conduite de l'oncle Sam et semblent vouloir accéder, comme tant de gens, au pays enchanté de l' " American dream ". Ils peuvent, par le biais de la télévision, y accéder une ou deux heures par jour, regardant défiler le " jet set " américain, rêvant qu'eux aussi pourront, un jour, se trimbaler dans d'énormes autos de luxe et vivre dans ce qui ressemble plus à des château français qu'à de véritables maisons.

Bien qu'étant surtout présente dans la culture populaire, l'américanisation se retrouve également dans les politiques économiques du gouvernement. Le socialisme agonisant, le gouvernement glisse vers la droite et favorise les politiques néo-libérales. L'arrivé des produits d'importations détruit une quantité incroyable d'industries qui n'ont pu faire face à cette compétition étrangère. À titre d'exemple, l'industrie vestimentaire a été complètement détruite lorsque le gouvernement a décidé d'importer d'immenses quantités de vêtements usagés à des prix tellement bas que les entreprises locales ont dû jeter la serviette et fermer leurs portes.

Malgré cela, le 19 juillet 1994, plus de cinquante mille personnes se sont rassemblées pour fêter la révolution. Slogans par-dessus slogans, chansons par-dessus chansons, les gens fêtent leurs rêves, leurs ambitions et leur fierté nationale. Daniel Ortega, ancien dirigeant du pays, déclare dans son discours que jamais le Nicaragua n'aura, pour se sortir de la crise actuelle, besoin des États-Unis.

L'allocution terminée, les gens, l'esprit de festivité accroché à leur visage, se promènent à travers les kiosques où quelques petits commerçants vendent nourriture et babioles. Tout semble beau mais pourtant, si l'on écoute bien, on peu entendre, sur un rythme typiquement américain, la chaleureuse voix de…Madonna. Les gens, peut-être trop absorbés, ne semblent pas remarquer que quelques chose ne cadre pas avec leur fête. Seraient-ils tellement habitués à cette présence musicale qu'elle ferait maintenant partie intégrante de leur culture?

Bien sûr, le Nicaragua ne doit pas s'isoler et refuser les influences extérieures sous prétexte qu'elles sont américaines. Cette attitude lui nuirait tout autant que son opposé pourrait le desservir. La culture américaine, comme certains anti-américains le prétendent, n'est pas quelque chose de nécessairement néfaste. Cependant dans ce " nouvel ordre mondial " plus ou moins contrôlé par la " Pax Américana ", le Nicaragua devra, comme tous les autres pays d'ailleurs, être vigilant dans ses choix. Il peut emprunter des éléments culturels extérieurs qui lui conviennent, mais son défi sera de conserver sa propre culture afin que dans le futur, il puisse affirmer son caractère distinct.


Cet article a été rédigé par Germain dans le cadre d'un projet de retombées du groupe Liaisonneuve 2 (1993-1994).


Ay Nicaragua, Nicaraguita

Situé au centre des Amériques, ce petit pays où l’on communique en espagnol regorge d’histoires et de paysages spectaculaires à découvrir. D’un océan à l’autre, se trouve un peuple pourtant bien différent selon la provenance de ses ancêtres. D’une frontière à l’autre s'étendent des paysages allants du sec montagneux à l’humide et plat.  Bref, au Nicaragua, on ne s’ennuie pas. Voilà pourquoi nous vous proposons de découvrir ce merveilleux pays d’un point de vue géographique et démographique, historique, et enfin, politique et économique.

Consultez nos rubriques sur le Nicaragua

© Liaisonneuve 1991-2019 | Crédits | Propulsé par Tribal CMS
Collège de Maisonneuve